Leaning Into The Wind

Maintenant, l’amour

Tes veines contre ma peau d’impatience le souffle décousu d’une nuit trop courte douter savoir enfin et le cri du corbeau perché sur l’épaule de la montagne un silence fauve de fantasmes maigres et rompus tu laisses mon cœur à manger aux oiseaux