Oiseau-des-Flandres

Oiseau des Flandres

Tu me vends l’idée que les jours s’amenuisent et je te suis jusqu’à ton crépuscule en forme d’espace tes poumons plein les bras Comme un enfant des tranchées comme un enfant imprudent tu t’attaches à moi nos démarches errant dans la mémoire enfouie des chemins Tu dis que l’éternité capture les oies à mon corsage…