La colère des transis

Le Transi

Le Transi, Ligier Richer

Il ne faut pas croire
que ce sont toutes les mères qui vous portent
forteresses et fauves
j’ai dû céder la mienne à la colère des transis
debout dans l’ombre comme des algues
ce fut elle l’enfant
et je la porte encore
pilastre captif
osant avorter l’origine factice
de ma propre fièvre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s