Cacophonie

Les regards perdus, René Magritte, (1927)
Je parle une langue brisée
incorrecte
dissonante et brève
je remue mes sens - tous
en les leurs
j'existe à un point tel
qu'ils se prennent au jeu
de mon personnage

Une langue
comme un maquillage défait
poreuse de portes ouvertes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s