Oiseau des Flandres

Oiseau-des-Flandres

Tu me vends l’idée
que les jours s’amenuisent
et je te suis
jusqu’à ton crépuscule en forme d’espace
tes poumons plein les bras

Comme un enfant des tranchées
comme un enfant imprudent
tu t’attaches à moi
nos démarches errant
dans la mémoire enfouie des chemins

Tu dis que l’éternité
capture les oies à mon corsage
que l’amour est une chambre close
au goût de sel pour nous tromper
tu t’accroches à moi pourtant
aveuglant comme un enfant
téméraire devant l’aurore
qui tue chacune de tes petites morts

2 réflexions sur “Oiseau des Flandres

  1. L’attachement est une belle chose, je trouve…
    peut-être que ça indique qu’on trouve chez l’autre, une part de soi,
    qui devient indispensable.
    On devient enfant, effectivement, dans les chemins enfouis,
    comme s’il s’agissait d’y renaître ( en petites vies) – inversement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s