L-origine-des-ombres

Parmi les ombres

Je joue avec les ombres elles mangent la surface des lumières éteintes deux inconnus s’avancent me réconcilient avec les cloisons démembrées du sol où je m’enfonce j’espère le désordre dans l’exagération des corps déversée en mes envers je suis vivante parmi les morts

Leaning Into The Wind

Maintenant, l’amour

Tes veines contre ma peau d’impatience le souffle décousu d’une nuit trop courte douter savoir enfin et le cri du corbeau perché sur l’épaule de la montagne un silence fauve de fantasmes maigres et rompus tu laisses mon cœur à manger aux oiseaux

hartwig-kopp-delaney

Déserte

Ne me laissez pas seule contre l’effluve des glaces qui s’amalgame au silence dites-moi que j’existe ma fureur reposée des humiliations de l’exil

La-femme-est-l-oiseau

L’instant d’après

Sans savoir l’heure qu’il est sans savoir qu’il est trop tard qu’au bout d’elle-même tout s’arrête que sans cesse tout s’éteint son cœur au-devant fermant le pas à l’instant d’après Elle a tout d’un oiseau

Redoutable

  La mer décharge son mouvement sur mon trouble millénaire broyant de ses mains lourdes mes victoires incertaines m’effaçant dans un brouillard liquide redoutable

femme-indigene-bresil

Indigène

Mille courbes dans l’espace ont le goût salé de mon enfance le zeste des pluies les ramène en porte-bonheurs sur ma peau je suis indigène octobre remue en moi la terre fugace des premiers pas ce refuge muré d’opales où tes mains attendent de me voir naître sous l’écorchure des lilas imprégnés dans ma vie…