Indigène

femme-indigene-bresil

Survival, F. Watson

Mille courbes dans l’espace
ont le goût salé de mon enfance
le zeste des pluies les ramène
en porte-bonheurs sur ma peau
je suis indigène
octobre remue en moi
la terre fugace des premiers pas
ce refuge muré d’opales
où tes mains attendent
de me voir naître
sous l’écorchure des lilas
imprégnés dans ma vie
en un lieu de tous les instants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s