Un soir de décembre 1989

Tuerie de Polytechnique - 6 décembre 1989

Tuerie de Polytechnique – 6 décembre 1989

Il y a de ces choses qui vous frappent de plein fouet, sans prévenir.

J’avais 22 ans et je déambulais dans les couloirs de l’université en direction de mon prochain cours. C’était une de ces journées banales, comme il y en a tant. En passant sous les téléviseurs de l’allée centrale, un nœud s’est formé dans ma gorge. Peut-être étais-je encore sous le choc des images du 11 septembre de l’année précédente, ou d’images bien plus anciennes. Celles d’un soir de décembre 1989, froid et sombre, illuminé par les seuls gyrophares des ambulances arrivant en trombe au sommet de la colline du Mont-Royal devant l’école Polytechnique, repartant tout aussi furieusement chargées de blessés.

Puis le verdict est tombé comme une bombe : 14 femmes sont mortes sous les balles d’un tireur fou.

Je me souviens d’avoir pensé du haut de mes 9 ans, figée devant cette tragédie humaine sans précédent dans mon pays glacial où les jeunes étudiantes ne font jamais les nouvelles : « Ça ne sera pas facile être une femme. » Je comprenais l’essentiel de ce qui se déroulait sous mes yeux : l’on s’en était pris à moi et à mes sœurs.

13 ans plus tard, alors que je foulais à mon tour les couloirs d’un établissement d’enseignement supérieur, un nœud s’est formé dans ma gorge à l’idée que je marchais dans les pas de Maud Haviernick, Maryse Laganière, Nathalie Croteau, Annie Turcotte et Hélène Colgan. J’étais nourrie du même désir d’apprendre, de me dépasser et d’accéder à un emploi stimulant que Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Geneviève Bergeron et Annie St-Arneault. J’empruntais fièrement, comme Barbara Klucznik-Widajewicz, Anne-Marie Edward, Michèle Richard et Barbara Daigneault, le chemin frayé par les féministes avant moi. Et rien n’allait m’arrêter. Pas même la haine aveugle d’un tireur fou.

***

14-victimes-polytechnique-1989

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la tuerie de Polytechnique et ses tristes contrecoups, je vous suggère de visionner les documentaires Legacy of pain et Meurtre à la Polytechnique, de même que le film Polytechnique de Denis Villeneuve, qui retrace les événements du 6 décembre 1989 avec sobriété et émotion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s