Julie

Julie

Elle a scellé ses secrets
serrés autour de son cou
mis le feu au silence
et aux blessures d’amour

Ce qu’ils appellent adolescence
a un goût de terre et de sang

Julie aura toujours seize ans
sa vie, son vertige
figés
dans une semence trop vive
une saison trop claire
aveuglée par la fin
qui n’en finit plus de venir
submergée
si tranchante et si belle

Les petites filles ne se relèvent pas
de ne plus croire au père Noël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s